Satellites et volcans : l’éruption del’Eyjafjöll (Islande) vue du ciel

Intervenant(s) : Philippe LABAZUY

Collection : Mercredis de la science
Tag : Science, Géologie
Chaîne : Conférences

Vue 5554 fois

Capturée le 22-09-2010 | Publiée le 12-11-2010 | Durée 1:16:00

Résumé

L’éruption du volcan islandais Eyjafjöll, débutée le 20 mars 2010 et en sommeil depuis le 23 mai 2010, a une nouvelle fois fait la démonstrat...lire la suite

L’éruption du volcan islandais Eyjafjöll, débutée le 20 mars 2010 et en sommeil depuis le 23 mai 2010, a une nouvelle fois fait la démonstration claire de la difficulté de gérer les risques naturels majeurs et de leur impact dramatique sur la société. Durant la deuxième phase de l’éruption, à partir du 14 avril 2010, le panache de cendres volcaniques provenant de l’activité éruptive, a sérieusement perturbé l’espace aérien et l’activité de l’Europe de l’Ouest. Le groupe HotVolc, rattaché au Laboratoire Magmas et Volcans (Université Blaise Pascal, INSU-CNRS, Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand), a été directement et officiellement impliqué dans la surveillance de l’éruption, pendant la période du 14 avril au 23 mai 2010, dans le cadre d’une cellule de veille opérationnelle d’alerte interministérielle. Le suivi des caractéristiques et de la dispersion du panache de cendres ont été effectués en quasi-temps réel par télédétection satellitale, avec les données de capteurs fonctionnant dans les longueurs d’onde de l’infrarouge et de l’ultraviolet. L’utilisation d’algorithmes de détection et de corrélation et de modèles d’inversion ont permis de fournir une estimation quantitative quotidienne des cendres et du SO2 dans le panache volcanique, ainsi que l’altitude de ce dernier au cours du temps. L’ensemble de ces données, mis à disposition en quasi-temps réel sur le site web du système d’observation HotVolc, sont des paramètres d’entrée critiques pour les codes de simulation et pour les modèles de prévision de propagation des nuages de cendres dans l’atmosphère, ainsi que pour leur validation ultérieure.
 

Lire la suite

Partager