Qu’est-ce que devenir adulte aujourd’hui ?

Intervenant(s) : Eric Deschavanne, Philosophe, université Sorbonne, Paris IV

Collection : Façons de penser
Tag : Adolescence, Philosophie
Chaîne : Conférences

Vue 15318 fois

Capturée le 13-04-2011 | Publiée le 19-04-2011 | Durée 1:32:41

Résumé

Qui, de nos jours, veut encore « faire son âge » ? Les enfants sont adolescents de plus en plus tôt, les jeunes le restent de plus en plus tard, les adultes...lire la suite

Qui, de nos jours, veut encore « faire son âge » ? Les enfants sont adolescents de plus en plus tôt, les jeunes le restent de plus en plus tard, les adultes rechignent à quitter leur jeunesse et les personnes âgées n’aspirent qu’à en connaître une seconde ... Ce brouillage des frontières entre les âges ne facilite guère la quête identitaire des adolescents quand tous les repères traditionnels qui mènent à la maturité vacillent.
Alors que la vie est plus longue et plus sûre que jamais, les étapes qui en rythmaient autrefois le cours semblent aujourd’hui confuses, reflétant l’ébranlement profond de l’idée même de maturité confrontée au « jeunisme ». Paradoxalement, le contraire d’un enfant, ce n’est plus l’adulte, mais celui qui, au contraire de l’enfant, ne voudrait pas grandir. Comment ne pas penser à Peter Pan ou à Michael Jackson ? Les adolescents cherchent à s’extraire d’un environnement qui surprotège les enfants. Ils sont alors confrontés à la question pourquoi et comment grandir ?
Si la jeunesse incarne l’idéal de l’être humain, celui par lequel on peut espérer régénérer le monde, comment ne pas ressentir l’entrée dans le monde adulte comme une déchéance ? Comme l’acceptation d’une existence sclérosée, prisonnière des contraintes sociales qui empêchent l’individu d’être lui-même ? Si l’adolescence se fait interminable, est-ce parce qu’on voudrait rester jeune toute sa vie ou parce que la difficulté d’être à la hauteur de l’âge adulte exige beaucoup d’effort et de travail ?
 
 
 
 

Lire la suite

Partager