Commémorer : une passion française ?

Intervenant(s) : Françoise Fernandez (Professeure d’histoire IUFM d’Auvergne Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)

Collection : Façons de penser
Tag : Histoire, Société
Chaîne : Conférences

Vue 4886 fois

Capturée le 05-05-2010 | Publiée le 08-02-2011 | Durée 1:21:50

Résumé

La commémoration serait-elle un « sport national » particulièrement français ? Cette interrogation, volontairement impertinente dans la forme, se f...lire la suite

La commémoration serait-elle un « sport national » particulièrement français ? Cette interrogation, volontairement impertinente dans la forme, se fonde sur le nombre et la diversité des commémorations patriotiques, culturelles, associatives de tous ordres qui émaillent la vie publique française. Du 65° anniversaire du débarquement allié en Normandie, - largement médiatisé - au centenaire du viaduc des Fades, quelle est donc cette passion française qui réactualise inlassablement le passé ?

Faut-il y voir le désir d’ancrer des valeurs communes dans la population pour les faire partager et en assurer la transmission de génération en génération ? Convoquer de grands ancêtres permet-il de puiser en eux les ressorts de l’action immédiate ? De construire ou d’étoffer les mythes nécessaires à la cohésion nationale ? Ces célébrations peuvent-elles contribuer à faire œuvre d’histoire ? A éclairer le présent pour mieux le comprendre ?

Des commémorations trop nombreuses pourraient jeter le trouble sur leurs véritables enjeux. Ces dernières années, des historiens se sont élevés contre des médiatisations excessives, risquant d’encourager la promotion des communautarismes au détriment d’un devoir d’intelligence. Créer des évènements transformés en objets de consommation culturelle massive, adossés à des stratégies commerciales d’autant plus lucratives que les produits dérivés sont nombreux et dans l’air du temps, ne contribue-t-il pas à banaliser dangereusement ce qui devrait faire symbole dans la République ?
 

Lire la suite

Partager