Santé au travail : enjeux d’aujourd’hui autour des Troubles Musculo-Squelettiques et des Risques Psycho-Sociaux

Intervenant(s) : François Daniellou

Collection : Ergonomie
Tag : Santé, Ergonomie, Travail
Chaîne : Conférences

Vue 15106 fois

Capturée le 14-12-2009 | Publiée le 20-05-2011 | Durée 49:52

Résumé

Conférence organisée dans le cadre des formations en Ergonomie de l’Université Blaise Pascal : lire la suite

Conférence organisée dans le cadre des formations en Ergonomie de l’Université Blaise Pascal : http://www.staps.univ-bpclermont.fr/spip.php?article55

François Daniellou :

Professeur d’Ergonomie
Département d'ergonomie des systèmes complexes
Ecole Nationale Supérieure de Cognitique
Institut Polytechnique de Bordeaux
 
La santé au travail est une question ancienne qui trouve aujourd’hui dans l’actualité sociale des échos sans précédents. La question est maintenant devenue incontournable (accidents de travail, maladies professionnelles, absentéisme, coûts divers, etc.). Les personnes, les collectifs et le fonctionnement des structures rencontrent tous des difficultés selon des modalités qui leur sont propres.
Dans ce contexte, l’ergonomie est une discipline qui permet non seulement de comprendre les conditions de survenue d’atteintes à la santé au travail, mais également d’envisager des modalités d’action en faveur de la transformation des situations professionnelles à l’origine de ces problèmes.
L’UFR STAPS, en partenariat avec le Laboratoire PAEDI, a invité M. François Daniellou, Professeur d’Ergonomie à l’Ecole Nationale Supérieure de Cognitique de l’Institut Polytechnique de Bordeaux pour une conférence ce lundi 14 décembre 2009. François Daniellou dirige un Département d’Ergonomie et un Master Professionnel reconnus aux niveaux national et international. Il est un expert reconnus internationalement sur les thématiques de conduite de projet en conception, de relations santé-travail, de sécurité dans les industries à risques. Largement impliqué dans la communauté universitaire en ergonomie, il est/fut notamment élu au CNU, président du Collège des Enseignants chercheurs en ergonomie.
La conférence de François Daniellou porte sur l’approche ergonomique de deux types de risques professionnels incontournables aujourd’hui : les troubles musculo-squelettiques d’une part, qui représentent environ 80 % des maladies professionnelles reconnues et indemnisées aujourd’hui en France, et les risques psychosociaux d’autre part, dont l’actualité se manifeste en termes de stress, d’états dépressifs, d’atteinte à l’estime de soi ou de suicides pour les cas les plus tragiques.
Cette conférence fut l’occasion de rappeler que l’approche ergonomique du travail se caractérise avant tout par son projet d’amélioration des conditions du travail selon des critères de santé et de performance. Le parti pris de cette approche est le dépassement chaque fois que cela est possible des oppositions frontales entre santé des travailleurs et performance de l’entreprise, entre opérateurs, cadres et directions. Des exemples d’études de cas ont permis d’illustrer la possibilité de tenir ensemble des questions de santé au travail et des questions de performance économique, incontournable pour toute structure. La présentation de François Daniellou a insisté sur les proximités identifiées par l’ergonomie entre les différentes atteintes à la santé au travail et les autres dysfonctionnements repérables dans une organisation : dans tous les cas, l’atteinte à la santé est interprétée comme un symptôme parmi d’autres possibles d’un dysfonctionnement organisationnel - donc comme un problème de performance (qualité, rendement, etc.) - , où le déficit de marges de manœuvre des travailleurs, à tous les niveaux de la hiérarchie de l’entreprise, apparaît à chaque fois central. Pour la prévention des troubles musculo-squelettiques comme pour celle des risques psychosociaux, les connaissances établies soulignent la nécessité de mieux gérer les contraintes et contradictions inhérentes à tout système de travail : la nécessité de tenir ensemble de manière équilibrée l’ensemble des logiques hétérogènes qui font le travail humain (qualité, rendement, hygiène, sécurité, santé, marketing, logistique, etc.). En ce sens, les dysfonctionnements repérés ne relèvent pas de l’existence de ces contradictions dans le quotidien des situations de travail, mais relèvent de l’incapacité à gérer les tensions entre logiques. François Daniellou a pu par exemple montrer comment la plupart des situations décrites en termes de « harcèlement » constituent dans la plupart des cas et avant tout la conséquence d’une difficulté non gérée liée à un objet du travail commun entre au moins deux personnes, et installée dans le temps. Le conflit interpersonnel devant ultimement la dernière issue. De la même manière, les troubles musculo-squelettiques constituent l’issue d’un processus où les travailleurs ne sont pas en mesure de gérer l’usage de leur propre corps en fonction des variations de son état (fatigue, douleur, etc.), et des variations du travail lui-même.
 
 
 

Lire la suite

Partager