Comment l’Homme a-t-il émergé du monde des primates ?

Intervenant(s) : François Marchal

Collection : Façons de penser
Tag : Humain, Anthropologie
Chaîne : Conférences

Vue 3922 fois

Capturée le 28-09-2011 | Publiée le 13-10-2011 | Durée 1:22:17

Résumé

On ne peut pas penser l’humain, aujourd’hui, sans faire le point sur les connaissances concernant son origine et son évolution, ni sans repréciser sa plac...lire la suite

On ne peut pas penser l’humain, aujourd’hui, sans faire le point sur les connaissances concernant son origine et son évolution, ni sans repréciser sa place dans le règne animal. L’Homme est issu du monde des primates. Il partage avec ses plus proches parents — gorilles, chimpanzés — un dernier ancêtre commun qui vivait en Afrique entre 6 et 10 millions d’années. Des découvertes récentes éclairent d'un jour nouveau une histoire que les chercheurs n'avaient jamais, jusqu'ici, imaginée aussi riche et complexe… Cette nouvelle représentation de nos origines résulte d'observations et d'études foisonnantes. Elles ont profondément modifié le regard sur la distinction entre lignages de pré-humains et lignages de pré-chimpanzés. Faut-il continuer à rechercher le chaînon manquant dans une vision linéaire de l'évolution humaine ? Doit-on plutôt pencher vers la théorie d'un buissonnement d'espèces qui auraient plus ou moins cohabité pendant 4 millions d'années avant de s'éteindre, à l'exception d'Homo Sapiens qui serait la seule survivante ?
L'étude des fossiles les plus vieux — et les plus proches chronologiquement de la séparation entre hommes et singes — montre le mélange de caractères propres aux deux lignées. Quels ont été les principaux apports de ces cinquante dernières années ? Que sait-on aujourd’hui de nos plus lointains ancêtres ? Est-on certain que notre origine est africaine ? Où et quand est attesté le genre Homo ? Où et quand est apparue notre propre espèce ? En quoi les recherches actuelles réinterrogent-elles la limite entre l'humain et le non humain ?

François Marchal est chargé de recherche au CNRS, où il travaille sur l’origine et l’évolution de la bipédie. Il enseigne également au sein du master d’anthropologie biologique de l’Université de la Méditerranée. Il est aussi secrétaire général de la société d’Anthropologie de Paris. Il a publié des articles de vulgarisation et co-signé plusieurs ouvrages de paléoanthropologie.
 

Lire la suite

Partager