BICEP-2 Première détection des ondes gravitationnelles du Big Bang

Intervenant(s) : Emmanuel GANGLER

Tag : Science, Laboratoire, Recherche, LPC
Chaîne : Recherche

Vue 5422 fois

Capturée le 28-03-2014 | Publiée le 28-03-2014 | Durée 11:38

Résumé

La nouvelle vient du froid et ouvre un nouveau chapître de la physique, de la cosmologie et de notre vision de l'Univers. Un radiotélescope a réussi à...lire la suite

La nouvelle vient du froid et ouvre un nouveau chapître de la physique, de la cosmologie et de notre vision de l'Univers. Un radiotélescope a réussi à pêcher dans un rayonnement émis 380.000 ans après le Big bang, la trace de tremblements de l'Espace-Temps qui ont secoué l'Univers où nous vivons - l'Univers observable - durant la première seconde après le Big Bang.
C'est une équipe internationale, surtout américaine de Harvard, Caltech, Stanford, etc, et canadienne, dirigée par John Kovac mais elle comporte aussi deux chercheurs français (Lionel Duband du CEA, CEA Grenoble et Denis Barkats de l'Observatoire européen austral), qui vient de faire cette annonce spectaculaire dans Nature news, lors d'une conférence qui a saturé les réseaux des laboratoires d'astrophysique du monde entier. L'instrument de cette détection est un radiotélescope installé au Pôle Sud, en Antarctique, nommé BICEP-2, une amélioration de son prédécesseur BICEP, mis en service en novembre 2009.

Emmanuel GANGLER, directeur de recherche au CNRS - Laboratoire de Physique Corpusculaire de Clermont-Ferrand revient sur cette événement et nous propose quelques éclairages.
 
 
 
 

Lire la suite

Partager