Au coeur de la scène, au-delà de la violence (partie 2 sur 2)

Intervenant(s) : Christian Biet, Florence Fix, Samuel Cuisinier-Delorme, Jean-Pierre Dubost

Tag : Littérature, Théâtre, Violence
Chaîne : Conférences

Vue 2632 fois

Capturée le 11-10-2011 | Publiée le 13-10-2011 | Durée 2:00:24

Résumé

Énucléation, amputation, démembrement, viol, cannibalisme, infanticide… la scène théâtrale représente les violences inflig&ea...lire la suite

Énucléation, amputation, démembrement, viol, cannibalisme, infanticide… la scène théâtrale représente les violences infligées à la chair et à l’âme comme au corps social, parfois jusqu’à leur dislocation. Lorsqu’elle soumet l’imagination du spectateur au choc de tels événements, elle sait lui faire oublier que les représentations de la cruauté ont une longue histoire pour que l’effroi le saisisse pleinement. Mais, dans le même temps, elle sollicite sa mémoire culturelle pour qu’il puisse mieux réaliser, dans les détails, la mise en oeuvre des sévices.
La réflexion sur les rapports de la représentation théâtrale à la violence extrême que nous proposons pour cette journée a pour corpus de référence : Titus Andronicus de Shakespeare, Médée de Corneille, Viol de Botho Strauss et Anéantis de Sarah Kane (au programme d’un des sujets de littérature comparée pour l’agrégation de Lettres modernes). Il ne s’agit cependant pas d’aborder ces oeuvres directement, mais de les considérer à partir de leurs périphéries et de leurs voisinages. Pour cela, on interrogera les textes, les traditions et les débats qui les ont alimentés, précédés, nourris, inspirés, influencés ; sources dont on retrouve les traces ou les indices au coeur même de la scène, tantôt dans l’intrigue, tantôt dans la béance ouverte par le supplice et l’humiliation extrême.
On en viendra ainsi à aborder des questions telles que les rapports contradictoires – mais combien productifs – entre récit et violence radicale, la distinction entre les violences et, selon celles-ci, les partis pris des auteurs, l’on se demandera : que veut-on, qu’attend-on du spectateur selon les places et les dispositifs auxquels on l’assujettit ?

Avec la participation de :
- Christian Biet (Paris X, HAR, IUF) : Président de séance
- Florence Fix (Nancy 2, LIS) : La scène irreprésentable : l’image et la scène face à l’infanticide médéen
- Samuel Cuisinier-Delorme (UBP, CERHAC) : « La dernière d’une longue lignée de cleptomanes littéraires » : Sarah Kane et les intertextes de la violence
- Jean-Pierre Dubost (UBP, CELIS) : « De la représentation sadienne » à « de l’écriture de la cruauté »
 
 

Lire la suite

Partager