Cristóvão Tezza, voix contemporaine de Curitiba

N'oubliez pas d'activer les sous-titres ! (Sous-titrage réalisé par François WEIGEL et Cristiano CAIO)

Intervenant(s) : Cristóvão TEZZA, François WEIGEL

Tag : Voix contemporaines
Chaîne : Recherche

Vue 1592 fois

Capturée le 24-06-2015 | Publiée le 24-06-2015 | Durée 1:03:07

Résumé

Cristóvão Tezza est né en 1952 à Lages, dans le l’Etat de Santa Catarina, où il n’a vécu que jusqu’à l’&aci...lire la suite

Cristóvão Tezza est né en 1952 à Lages, dans le l’Etat de Santa Catarina, où il n’a vécu que jusqu’à l’âge de 8 ans, moment où sa famille s’est installée à Curitiba, la capitale du Paraná où il vit encore aujourd’hui, et que l’on retrouve dans presque tous ses textes. Une expérience importante de sa vie artistique se déroule durant son adolescence et ses premières années de la vile d’adulte, lorsqu’il s’investit dans un groupe de théâtre libertaire, dialoguant avec les cultures beatnik et hippie des années 60 et 70. En 1974, il part étudier au Portugal où il vit de l’intérieur la Révolution des œillets, un événement qui marque sa perception de la politique et de la société. Dans les années 80, il entame une carrière de professeur universitaire en lettres, et son œuvre d’écrivain inclue d’ailleurs des essais et textes critiques, notamment sur le travail de Mikhaïl Bakhtine.
 
Son premier roman, Trapo, est finalement publié en 1988. Aujourd’hui, Cristóvão Tezza est surtout connu pour O filho eterno (2007), un roman dans lequel il fictionnalise des éléments autobiographiques en narrant l’histoire entre un père et son fils atteint du syndrome de Down. Plutôt que d’utiliser un narrateur à la première personne, l’écrivain propose une narration à la troisième personne, ce qui lui permet d’explorer les relations entre le père et le fils d’une façon plus distanciée. De façon générale, cet usage toujours très habile des voix narratives est l’une des caractéristiques les plus saillantes de l’œuvre fictionnelle de Cristóvão Tezza. O filho eterno a été traduit par Sébastien Roy et publié par Métailié en 2009 sous le titre Le fils du printemps. Mais l’œuvre de Cristóvão Tezza est très riche, et l’on peut regretter qu’il soit aussi peu traduit. Ce dialogue avec l’écrivain de Curitiba sera donc l’occasion d’évoquer d’autres textes importants qui ont jalonné son œuvre, tels que O fotógrafo (2004), ou O professor (2013), son tout dernier roman.
 
Dans cet entretien, il nous livre son point de vue sur le réalisme en littérature, et sur son ambition d’écrire une fiction qui « reflète et réfracte la réalité », en taillant au vif dans le quotidien de la classe moyenne brésilienne, tout en déployant des problématiques humaines universelles. Il évoque les rapports étroits entre sa fiction et sa ville, Curitiba, ainsi que la dimension visuelle de ses écrits, avec l’influence du cinéma et de la photographie.
 
 
 
 
 
 
 

Lire la suite

Partager

 
Recherche avancée