Pourquoi certains ados décrochent-ils de l'école?

Intervenant(s) : Daniel Thin, sociologue, université Lumière, Lyon 2

Collection : Façons de penser
Tag : Adolescence, Société
Chaîne : Conférences

Vue 5284 fois

Capturée le 23-02-2011 | Publiée le 16-03-2011 | Durée 1:40:32

Résumé

Absentéisme, comportement perturbateur ... Qu'est-ce qui conduit certains jeunes à la rupture scolaire ? L'analyse de parcours d'élèves mon...lire la suite

Absentéisme, comportement perturbateur ... Qu'est-ce qui conduit certains jeunes à la rupture scolaire ? L'analyse de parcours d'élèves montrent qu'on ne peut pas incriminer la défaillance parentale mais qu'il faut examiner un cumul de facteurs familiaux, scolaires, institutionnels ... Ce qui revient à interroger le rapport de l'école à ses élèves les plus récalcitrants.  
Si, dans les années 70-80, l’échec scolaire était au centre des discours sur l’école, les questions des violences scolaires, de l'incivilité ou de la déscolarisation dominent la scène à partir des années 90, surtout à propos du collège présenté comme le segment où se concentrent les difficultés de l’école. Ces nouvelles problématiques, affirmant la priorité de la lutte contre le non-respect de l'ordre scolaire - qu'il s'agisse d'absentéisme, de perturbation de l'ordre pédagogique ou de résistance à l'autorité - ont inspiré aujourd'hui de nombreux plans d'actions et de nouvelles formes de prise en charge, comme les dispositifs relais.
Tous les collégiens en rupture avec l'école construisent un rapport négatif aux apprentissages et au travail scolaires comme si cette expérience ne parvenait pas à faire sens avec l'histoire et la socialisation familiales ou vis-à-vis de leurs pairs et de leurs amis. Sont-ils confrontés à des difficultés cognitives, à une relation au temps marquée par l'instabilité, au sentiment que l'école n'apporte pas de savoirs immédiatement utilisables dans la vie quotidienne ? Comment vivent-ils l'autorité ? ... Seraientils finalement sommés de choisir entre des injonctions contradictoires ?

Daniel Thin travaille dans le cadre du Groupe de Recherche sur la Socialisation (CNRS/université Lyon 2/ENS-LHS). Il étudie la socialisation et la scolarisation dans les milieux populaires les plus défavorisés. Il a publié Quartiers populaires. L’école et les familles, PUL 1998, et, avec Mathias Millet, Ruptures scolaires. L’école à l’épreuve de la question sociale, PUF 2005 ainsi que L’école au coeur de la question sociale. Entre altération des solidarités sociales et affectations institutionnelles, in S. Paugam (dir.), Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales, PUF, 2007.
 

Lire la suite

Partager