Le non-recours aux soins de santé : quelles réalités ?

Intervenant(s) : Héléna REVIL

Collection : Façons de penser
Chaîne : Conférences

Vue 1245 fois

Capturée le 03-03-2016 | Publiée le 03-03-2016 | Durée 1:42:42

Résumé

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, le droit à la santé constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain. Il suppose notamme...lire la suite

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, le droit à la santé constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain. Il suppose notamment de pouvoir accéder, en temps opportun, à des soins et de pouvoir financer les traitements et autres actes médicaux.
En France, ce droit garanti par le préambule de la Constitution est au fondement de la création du système d’Assurance maladie.
Et pourtant, à l’heure actuelle, de nombreuses personnes ne recourent pas à des soins ou s’en désistent. Si le renoncement peut être temporaire et ponctuel, il peut aussi devenir durable, voire définitif, et avoir des conséquences lourdes sur la santé des personnes concernées, mais également sur leur vie professionnelle et sociale.
Les obstacles financiers et géographiques sont souvent mis en exergue pour expliquer les difficultés d’accès aux soins. D’autres raisons méritent toutefois également l’attention : problèmes de disponibilité pour se rendre chez les professionnels de santé, délais d’attente, crainte du diagnostic, peur de devoir s’arrêter de travailler, manque de guidance dans l’accès aux droits maladie de base et complémentaire…
Au-delà de ces explications, une partie non négligeable des personnes indique ne plus avoir le sentiment de pouvoir bénéficier de soins en cas de besoin. Qualifier, connaître et comprendre les difficultés d’accès aux soins rencontrées par une partie de la population française constituent des enjeux forts à l’heure où les pouvoirs publics s’interrogent sur les leviers qui permettraient de limiter les inégalités en matière de santé.
Comment définir le renoncement aux soins ? Quelle différence entre non-recours et renoncement ? Est-il possible d’estimer le nombre de personnes concernées par ces phénomènes ? Comment les expliquer ?

Lire la suite

Partager