CIALA - Les problèmes de l’intégration sensorielle

Intervenant(s) : CHAMBRES Patrick

Collection : Colloque Inter-régional de l'Autisme Limousin & Auvergne
Chaîne : Conférences

Vue 1551 fois

Capturée le 00-00-0000 | Publiée le 07-04-2014 | Durée 48:06

Résumé

Enseignant / Chercheur en psychologie Cognitive, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Président de l'ARAPI (Association pour la Recherche sur l'Autis...lire la suite

Enseignant / Chercheur en psychologie Cognitive, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Président de l'ARAPI (Association pour la Recherche sur l'Autisme et la Prévention des Inadaptations) Responsable du Master Professionnel "Accompagnement des Troubles cognitifs et sociocognitifs, des Inadaptations et des Exclusions [ATIE]".
Membre du Comité National de Suivi du 3ème plan Autisme. Membre du LAPSCO (Laboratoire de Psychologie Sociale et COgnitive), UMR CNRS 6024.
En temps normal, nous utilisons nos sens pour prélever de l’information dans notre environnement, mais aussi à propos de l’état de notre propre corps. De cette information, que généralement nous organisons (intégration sensorielle), nous en tirons, dans notre cerveau, une signification, une interprétation. C’est alors que nous réagissons de manière relativement appropriée en produisant le comportement qui semble nécessaire.
Ainsi, quand nous avons une perception de froid, nous cherchons à mettre un vêtement de plus. Si l’endroit où nous posons notre main est brulant, nous la retirons au plus vite. Si quelqu’un nous appelle, nous lui accordons notre attention, si un bruit est trop fort ou insupportable, nous nous y soustrayons ou nous nous bouchons les oreilles …
Par ailleurs, dans une sorte de boucle sans fin, nous continuons à prélever de l’information, ce qui permet d’ajuster le comportement engagé s’il n’est pas efficace. Notre main n’est pas assez loin de la source de chaleur, nous l'écartons un peu plus; nous avons mis un vêtement trop chaud…
Mais que se passe-t-il quand notre cerveau n’organise pas convenablement toute cette information, quand l’interprétation de la situation n’est pas assez conforme à la réalité (intégration sensorielle défectueuse) ? C’est ce à quoi doivent faire face, avec plus ou moins d’intensité, la majorité des personnes relevant des Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA), les plaçant souvent dans des conditions très difficiles, parfois relevant de l’insupportable. C’est cet aspect de l’autisme que nous allons voir ensemble.
Mais mon intervention paraîtrait amputée si je n’abordais pas aussi les conséquences de ce fonctionnement particulier dans la manière dont les personne TSA sont perçues par les autres. Quelles erreurs pouvons-nous être conduits à faire si nous interprétons de manière erronée les comportements ancrés dans les troubles de l’intégration sensorielle ?
Alors, si nous ne sommes pas suffisamment lucides, essayons au moins d'être prudents !

Lire la suite

Partager